Dissolution du CCAS de la commune

Le maire explique que l’action du CCAS étant limitée au repas des aînés, il semble inutile de le conserver. Il ajoute que, si des actions sociales devaient être menées, elles le pourraient par l’intermédiaire du budget de la commune. Il n’y a par conséquent pas d’obligation à le conserver.

A cette écoute, les conseillers décident à l’unanimité de dissoudre le CCAS au 1er janvier 2020.

Décision modificative n°1

M. Rouyer explique que de nouvelles dépenses d’importance sont à intégrer au budget, et que des recettes sont à revaloriser. Par conséquent, afin de respecter le principe de sincérité, il convient de modifier des sommes inscrites sur des lignes budgétaires.  A l’écoute de cet exposé, le conseil municipal décide à l’unanimité les modifications budgétaires (consultables en mairie).

Désignation d’un référent communal au syndicat mixte de la Charente Aval

Monsieur le Maire explique que pour assurer une représentation de la commune au sein du Syndicat Mixte de la Charente Aval, il est opportun de désigner un référent. M. Geai Christophe se propose pour assumer cette responsabilité.

A l’écoute de cette explication, le conseil décide à l’unanimité de désginer Christophe GEAI, 2e adjoint, en qualité de référent communal.

Convention AXA pour une mutuelle communale

Le maire lit la proposition de l’assurance AXA pour une complémentaire santé. Il précise qu’il ne peut y avoir d’exclusivité et que les personnes souhaitant contracter bénéficieraient jusqu’à 30% .

A cette écoute le conseil municipal décide à l’unanimité d’accepter cette convention.

Convention fournitures scolaires avec le SIVOS de l’Arnaise

Le maire explique que l’intégration au SIVOS s’accompagne d’une redistirbution des classes, et que les maîtresses de l’école de la Gripperie ont dû ainsi faire des achats de fournitures afin d’accueillir les élèves. Ces dépenses doivent être prises en charge par le SIVOS, mais ont déjà été payées par la commune. Il faut donc signer une convention afin de se faire rembourser les frais engagés.

A cette écoute, le conseil municipal décide à l’unanimité d’accepter le transfert des charges et autorise le maire à signer la convention.