Réglementation pour les particuliers logeurs

Rappel de la réglementation pour les particuliers qui mettent en location des hébergements de type meublés et chambres d’hôtes à des clientèles touristiques :

1- Se déclarer en mairie

Tout propriétaire qui propose à la location un meublé de tourisme, ou bien une chambre d’hôtes doit obligatoirement faire une déclaration préalable à la mairie de la commune où est situé le meublé / la chambre. Les formulaires de déclaration sont directement téléchargeables en ligne :

Pour les meublés Pour les chambres d’hôtes

2- Se déclarer à la Communauté d’Agglomération et percevoir la taxe de séjour

Comme dans la plupart des territoires touristiques, la Communauté d’Agglomération Rochefort Océan demande aux vacanciers séjournant sur l’une de ses 25 communes de payer une taxe de séjour. Cette taxe permet de financer les dépenses liées à la fréquentation touristique. La taxe de séjour doit être payée par le touriste qui loge dans l’un des hébergements suivants :

  • Hôtel
  • Résidence de tourisme
  • Meublé de tourisme
  • Chambre d’hôtes
  • Village de vacances, auberge de jeunesse
  • Camping (ou terrain de caravanage)
  • Port de plaisance

Elle est due toute l’année par personne et par nuit. Elle est directement réglée au logeur, à l’hôtelier ou au propriétaire qui la reverse à la Communauté d’Agglomération 3 fois par an.
Taxe de séjour sur le site de la CARO

Pour tous renseignements, contacter la Communauté d’Agglomération Rochefort Océan (du mardi au vendredi, de 9h30 à 12h30) : Sylvie Mignon au 05 46 82 97 97 – Samuel Courtois au 05 46 82 18 77
Contact mail : taxedesejour@agglo-rochefortocean.fr

Enquête Déplacement Ville Moyenne

« Dis-moi comment tu te déplaces »

Nos pratiques de déplacements, dans le cadre du travail ou des loisirs, nous amène quotidiennement à faire des choix pour circuler et stationner. La mobilité est ainsi devenue aujourd’hui non seulement un enjeu fondamental dans le fonctionnement d’une agglomération, tant d’un point de vue social qu’économique et environnemental, mais également une des principales préoccupations de ses habitants.
C’est pourquoi la connaissance et la compréhension des pratiques de déplacements sont primordiales avant de mettre en œuvre des politiques publiques à même de répondre aux besoins des citoyens.
Du 6 octobre 2015 au 6 février 2016, dans le cadre d’un partenariat avec les services de l’État en Charente Maritime et l’ADEME Poitou-Charentes, la Communauté d’agglomération Rochefort Océan mène une enquête approfondie sur les déplacements des habitants du territoire, appelée Enquête Déplacements Rochefort Océan.
L’objectif est de recenser et d’analyser tous les déplacements quotidiens des habitants en semaine. Qui se déplace ? Quand et pour quel motif ? Par quel(s) moyen(s) ?
Toutes ses questions seront posées à 1 600 personnes constituant un panel représentatif de la population de l’agglomération Rochefort Océan.
Les personnes questionnées ont été sélectionnées et recevront un courrier leur annonçant l’appel de la société EDFIELD qui réalise cette enquête pour le compte de Rochefort Océan.
La participation de toutes et tous à l’Enquête Déplacements Rochefort Océan est très importante car chaque situation personnelle représente l’une des facettes de l’ensemble des situations de la population.
Les résultats de cette étude, attendus pour le printemps prochain, constitueront une photographie précise et fiable du fonctionnement de la mobilité sur les 25 communes de notre territoire. Ils permettront aussi de mesurer les besoins, de comprendre les attentes et ainsi d’orienter les décisions quant aux futures politiques de déplacements.
Cette enquête garantit la confidentialité des réponses données. Ces dernières ne seront utilisées que dans un but statistique et anonyme.
En effet, l’Enquête Déplacements Rochefort Océan a fait l’objet d’une déclaration auprès de la “ Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), les informations recueillies auprès des foyers seront donc anonymisées puis détruites en fin d’enquête conformément aux dispositions de la loi n°78-17 “ informatique et libertés ” du 6 janvier 1978.
La Communauté d’Agglomération Rochefort Océan (CARO) remercie les personnes tirées au sort de réserver le meilleur accueil à l’enquêteur.

Les archives communales

Dans la nuit du 19 au 20 janvier 2003 le coffre de 300 kg contenant les archives des années 1800 à 1900 a été volé. Il a été retrouvé le 25 Septembre 2009 dans les marais de St Augustin près de La Tremblade. 6 ans après, le coffre était rongé par la rouille, les documents à l’intérieur étaient humides, tachés, en lambeaux.
Certains documents ont été reconstitués grâce aux doubles préservés aux archives départementales mais seulement depuis 1903 (la mairie avait recruté quelqu’un pour cette mission particulière).

Ci-dessous les documents (extraits de naissance, certificats de mariage, de décès dont le certificat de décès de l’explorateur René Caillié mort à La Gripperie St Symphorien en 1838) devenus un bloc exposé aux archives de La Rochelle. Aucune archive des registres paroissiaux d’avant 1903 n’a pu être sauvegardée.

Archives_perdues_La_Gripperie_Saint_Symphorien

Commémoration du 11 Novembre 2015

Hommage à tous les « morts pour la France »
Message du Secrétaire d’État, chargé des Anciens combattants et de la mémoire, lu par Monsieur le Maire :

« Le 11 Novembre 1915, il y a cent ans, la France, l’Europe et une partie du monde sont engagées depuis près de quinze mois dans ce qui allait devenir la première guerre mondiale.
Les combats s’intensifient dans nos territoires, en Champagne, en Artois, dans les Vosges, mais aussi sur le front d’Orient. L’année 1915 sera la plus meurtrière de tout le conflit.
Au cours de l’année 1916, la France va connaître deux batailles qui marqueront à jamais ses paysages et les familles de millions de soldats. A Verdun, où sont tombés des combattants français venus de métropole, d’Outre-mer et des anciennes colonies, le chiffre des pertes françaises et allemandes s’élève à 700 000. Dans la Somme où les pertes atteignent le million, des Africains du Sud, des Australiens, des Britanniques, des Canadiens, des Irlandais et des Néo-Zélandais se battent aux côtés des soldats de notre armée.
En 2016, le souvenir de ces combats réunira tous les pays qui ont pris part à cette guerre que l’histoire a retenue comme étant la « grande guerre ». Les cérémonies commémoratives, le 29 mai à Verdun dans la Meuse, le 1er juillet à Thiepval dans la Somme, seront l’occasion d’inviter chacune et chacun à mesurer à quels extrêmes le nationalisme a conduit l’Europe et à se replonger dans ses souvenirs familiaux. Cet hommage exceptionnel doit trouver un relais dans l’ensemble de nos territoires et les maires seront invités à organiser le 29 mai une cérémonie dans leurs communes.
Cet hommage aux combattants de la grande guerre ne date pas d’aujourd’hui. Le 8 avril 1915, une loi crée une nouvelle décoration militaire destinée à saluer les combattants français ou étrangers, dont le comportement au combat, à titre individuel ou collectif, mérite d’être cité en exemple. La croix de guerre 1914-1918 est remise à des combattants et à des communes. Devenue la Croix de guerre 1939-1945 puis la Croix de la valeur militaire en 1956, elle distingue les militaires et, depuis peu, les civils ayant accompli des actions d’éclats pendant des guerres, des missions ou des opérations extérieures.
Ces décorations sont un lien intergénérationnel indélébile qui regroupe toutes celles et tous ceux qui ont fait la démonstration de leur courage, de leur sens du devoir et de leur esprit de sacrifice de 1915 à nos jours. Certains d’entre eux en restent marqués dans leur chair. D’autres ont leur nom inscrit sur les monuments aux morts, devant lesquels la Nation toute entière se recueille aujourd’hui.
Tous les « morts pour la France » hier dans la grande guerre, dans la seconde guerre mondiale, dans les guerres de décolonisation, aujourd’hui dans les opérations extérieures sont désormais réunis dans le souvenir et dans l’hommage de la Nation. Ne pas les oublier et transmettre le message mémoriel aux jeunes générations est notre devoir et relève de notre responsabilité collective. »

Les Griphoriennes et Griphoriens ont chanté la Marseillaise.

MERCI au Marais fleuri, Madame et Monsieur VIOLLET, pour avoir fleuri l’allée principale du cimetière.
Commémoration_11_novembre_2015_10

Exposition sur « Le sac du poilu » (suite)

Cette exposition intitulée : « Le sac du poilu » a été réalisée, en ce qui concerne les objets contenus dans le sac, par Wladimyr GENY et par Jean Daniel PONTET pour la partie relative aux décorations. Ils ont prêté, installé dans la salle des fêtes de la commune et commenté pendant 3 jours cette exposition gratuitement.
Les enfants de l’école Maternelle, du CM1 et du CM2 sont venus la visiter. Le car permettant le transport des enfants de St Sornin a été réglé par le FEP de la Gripperie St Symphorien.
La majorité des enfants étaient intéressés par les objets centenaires et ont enchanté les adultes présents par leur comportement.
MERCI à Messieurs Wladimyr GENY et Jean Daniel PONTET de transmettre le passé aux jeunes et moins jeunes.

Lire l’article dans Sud Ouest

Exposition Le Sac du Poilu

Lire l’article précédent concernant cette exposition