Espace Végétal Partagé

La « préservation du lien social » est un des enjeux du label « Villes et Villages fleuris ». La création de l' »Espace Végétal Partagé », espace de convivialité, correspond à cet enjeu.
Vous trouverez et pourrez ramasser dans cet espace (à droite de la mairie, dans la cour) :

  • des fruits : groseilles, framboises, cassis…
  • des fleurs bio comestibles : capucine, bourrache, bleuet, souci, œillet d’Inde…
  • des plantes aromatiques : menthe, thym, romarin, mélisse, persil*, sauge**, basilic, sarriette, marjolaine…

Vous pourrez également vous enrichir en ramassant de l’oseille… alors partageons !

MERCI aux nombreux jeunes qui ont participé à la création des lettres et des étiquettes : Alexis, Alicia, Amandine, Anna, Audrey, Caroline B, Caroline C, Charlotte, Émilie, Enzo, Hermine, Ménandre, Mélissa R, Mélissa V, Salomé, Stella, Tahia, Yanis R.
MERCI à Monsieur Stéphane VINET qui a installé le bac en bois et découpé les 40 lettres.

MERCI aux touristes Marie-Joëlle et Jean-Michel qui ont participé à la mise en place des lettres

Lire l’article dans Sud Ouest

* Le persil est la plante aromatique la plus employée en cuisine ! Et il ne se réduit pas à une simple garniture d’assiette. Le persil est goûteux et a de nombreuses propriétés diététiques et médicinales. Le principal atout du persil est sa richesse en vitamine C. Il est également une bonne source de provitamine A, de vitamine K, de vitamine B9 et de minéraux comme le calcium, le magnésium, le potassium et le fer. Enfin, le persil renferme une grande quantité d’apigénine, de lutéine et de bêtacarotène qui sont de puissants antioxydants.

** La sauge donne une note méridionale à vos méli-mélo de légumes, et accompagne avantageusement les plats de fèves, haricots, pois, lentilles… avec une action digestive semblable à celle de la sarriette. Cette action contre la flatulence peut être utilisée astucieusement pour la cuisson des topinambours, par exemple. Quelques feuilles ajoutées dans l’eau de cuisson suffisent à neutraliser cet effet redoutable pour certaines personnes. Les farces et marinades préparées avec de la sauge officinale avant d’être cuites au four, les rôtis de viandes, certains fromages tirent d’énormes avantages gustatifs lorsqu’un peu de sauge leur est associée. L’histoire de la sauge ne date pas d’hier, elle débute en Égypte environ 6000 ans avant J.C, où l’on faisait boire des tisanes de sauge aux femmes, pour les rendre fertiles. En Grèce, elle était utilisée pour faciliter la digestion. Pour les Romains, c’était une grande plante médicinale, une plante sacrée.
Elle était cultivée obligatoirement dans les abbayes sous Charlemagne (782-814). À l’école de médecine de Salerne (en Italie du Sud), un vieux dicton: « Celui qui a de la sauge dans son jardin n’a pas besoin de médecin ». Il existe environ 500 espèces du genre Salvia ainsi que des variétés horticoles, seules, les sauges officinale et sclarée sont vraiment médicinales. Par ailleurs, il existe deux sortes de sauge officinale, celle à petites feuilles, gris vert, allongées et pointues, et la sauge à grandes feuilles, plus riche en thuyone (famille chimique: cétone). Elles ont les mêmes vertus. Elles sont très fréquentes dans la région méditerranéenne, sur les collines sèches et calcaires. À noter: ne pas les confondre avec la sauge des prés, Salvia pratensis, très commune dans le centre de la France, plante vivace, peu aromatique, elle est plutôt ornementale. Les feuilles sont très grandes, ovales et d’un vert soutenu. Les fleurs sont grandes, en épi et bleu foncé.
En cuisine, elle s’utilise seule, ne supporte pas d’être mélangée à d’autres plantes aromatiques.
Contre-indications : en cas de cancer du sein, ou de tout cancer œstrogèno-dépendant, fibrome, mastose; pour les femmes enceintes et allaitantes, les épileptiques et les jeunes enfants; pas d’utilisation prolongée chez l’homme et l’enfant. Éviter les préparations de sauge officinale à base alcoolique.

Concours Maisons et jardins fleuris 2015

Ce concours permet d’améliorer la qualité de vie des habitants et l’accueil des visiteurs (même si de nombreuses personnes ne s’inscrivent pas au concours mais participent au fleurissement de leur maison).

Ce premier concours 2015 a récompensé quatre maisons, celle de Mesdames et Messieurs :

  • BARRE Evelyne et André
  • DROIT Jeanine et Francis
  • LAMOTTE Josiane et Jean-Claude
  • ROUYER Marcelle et Guy

Les membres du Conseil Municipal, inscrits à ce concours, ont choisi de ne pas être récompensés. Nous renouvellerons l’expérience en 2016. N’hésitez pas à vous inscrire. Le bulletin d’inscription vous sera adressé au mois de mai.

Lire l’article dans Sud Ouest

Ci-dessous, des photos de la remise des prix, et “Maison et jardin fleuris” vus et dessinés par Sarah âgée de 5 ans :

Continuez à composter !

Compostage_collectif Taille de haies, tonte de pelouses, feuilles mortes… presque tous vos déchets verts et environ 30% de vos déchets ménagers sont transformables en compost.
Pourquoi composter ?
Pour réduire le poids de sa poubelle, pour disposer d’un produit naturel et pour faire un geste en faveur de l’environnement.
Un doute sur un déchet compostable ou non ?
Consultez l’annuaire des déchets sur www.agglo-rochefortocean.fr.

Demander un composteur :
envoyez un email à dechetterie@agglo-rochefortocean.fr
ou appelez le
Numero_vert_compostage

Réglementation des feux

Courrier de Mme la Préfète de la Charente Maritime du 9 Février 2010

Prévention des feux de forêts – Incinération des déchets verts

Par lettre circulaire citée en référence, Mme la Préfète appelle notre attention sur la nécessité d’éviter les incinérations de déchets verts par les particuliers en les invitant à utiliser prioritairement les déchetteries mises en place dans le département.
De ce fait, seulement dans certains cas exceptionnels, où il n’est pas possible d’utiliser d’autres moyens autorisés, M. le Maire peut accorder une autorisation exceptionnelle à condition qu’elle tienne compte des facteurs de risque, des contraintes saisonnières et des gênes de voisinage.
Une déclaration en mairie doit obligatoirement être faite au moins trois jours avant la date prévue pour l’opération, en utilisant un imprimé disponible en mairie ou sur ce site.

forest-fire-432870_1920

Utilisation de produits phytosanitaires

Nous vous rappelons les dispositions réglementaires suivantes :
L’application ou le déversement de tout produit phytosanitaire est interdit à moins de 5 mètres de la berge des cours d’eau, plans d’eau, fossés et points d’eau permanents ou intermittents figurant en points, traits continus ou discontinus sur les cartes 1/25000 de l’Institut géographique national. (Arrêté ministériel du 12/09/2006)
L’arrêté préfectoral du 8 juin 2009 complète l’arrêté ministériel du 12/09/2006 : l’application des produits phytopharmaceutiques est interdite sur le réseau hydrographique, même à sec, qui n’apparaît pas sur les cartes IGN au 25 000ème, (fossé, collecteurs d’eaux pluviales, points d’eau, puits et forages, avaloirs, caniveaux, bouches d’égout).
Ces infractions ainsi que le fait d’utiliser un produit phytosanitaire en ne respectant pas les mentions portées sur l’étiquette sont punis de six mois d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. (Article L.253-17 du code rural).
En cas de renouvellement des faits, un procès-verbal d’infraction sera établi à votre encontre.

Utilisation_produits_phytosanitaires